ASSE – Yann M’Vila, l’indispensable métronome

Si la plupart des médias ont souvent tendance à braquer leurs projecteurs sur Wahbi Khazri, le meilleur joueur de Saint-Étienne se trouve en réalité un peu plus bas sur la pelouse. Positionné au milieu de terrain, dans un rôle de meneur de jeu reculé, Yann M’Vila épate les supporters à chacune de ses sorties et s’est imposé comme la carte maîtresse du système de Jean-Louis Gasset. Focus sur un joueur qui a rapidement su conquérir le cœur du peuple vert. 

Nous sommes le 12 janvier 2018 et l’ASSE est dans la tourmente. Engluée au seizième rang du classement, elle enregistre alors la signature de Yann M’Vila, premier renfort d’un mercato hivernal salvateur. Les Verts ne le savent pas encore, mais ils viennent de mettre la main sur un joueur d’exception. Seize mois plus tard, voilà Sainté bien installé à la quatrième place, avec l’Europe en ligne de mire. Et M’Vila n’est certainement pas étranger à ce redressement spectaculaire. Considéré comme un immense espoir lorsqu’il évoluait à Rennes, il était devenu un cadre de l’Équipe de France (22 sélections), avant de gâcher son potentiel en enchaînant les mauvais choix de carrière. Exilé en Russie au Rubin Kazan mais également passé par l’Inter Milan et Sunderland, il a fini par revenir en France et s’épanouit aujourd’hui à Saint-Étienne.

Le milieu défensif s’est affirmé comme le maillon essentiel du système de Jean-Louis Gasset. Dans le milieu à deux du technicien stéphanois, il est aligné axe gauche pour se retrouver face au jeu avec son pied droit. Il peut ainsi régaler le public du Chaudron par sa qualité de passe. Jeu long, jeu court, ouvertures entre les lignes, transversales ou changements d’aile, M’Vila sait tout faire et se transforme alors en véritable chef d’orchestre. Dictant le tempo de la rencontre, il est rapidement devenu indispensable aux Verts et a gagné le surnom de “maestro” auprès des supporters foréziens. En octobre 2018, son entraîneur avait même déclaré au Progrès “Quand je fais mon équipe, je mets d’abord M’Vila et les neuf autres joueurs de champ ensuite”.

Sur le plan défensif, l’international tricolore brille également par ses qualités de récupérateur, notamment grâce à sa maîtrise du tacle glissé. Mais surtout, ce qui a achevé de séduire le public de Geoffroy-Guichard, c’est son état d’esprit remarquable. Au-delà de son talent de footballeur, M’Vila se distingue par un comportement exemplaire. Mouillant le maillot à chacune de ses sorties et arborant un visage souriant à chaque entraînement, il sait aussi trouver les mots justes dans ses réactions d’après-match. En mars dernier, suite à la défaite piteuse des Verts à Marseille, il avait par exemple lâché : “On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, c’est désolant. On n’a pas la prétention de jouer l’Europe. On va la fermer, rester à notre place et bien penser à travailler à l’entraînement”. Quelques mois plus tard, ce recadrage semble avoir porté ses fruits. Une preuve de plus que l’ancien rennais est désormais le nouveau patron de l’ASSE.

Les supporters doivent néanmoins se faire une raison ; Yann M’Vila a le niveau pour évoluer dans un club au standing bien supérieur. Pourtant, le milieu de terrain se sent bien dans le Forez et entretient d’excellentes relations avec Jean-Louis Gasset. Si Sainté retrouve une Coupe d’Europe la saison prochaine, il se verrait bien poursuivre l’aventure sous le maillot vert. Les Stéphanois savent ce qu’il leur reste à faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *