Di Maria – Marquinhos : chronique d’un échec tactique

Hier soir à Anfield, le PSG s’est incliné 3-2 face à Liverpool à l’occasion de la première journée des phases de groupes de la Ligue des Champions. Plus qu’une simple défaite face à un cador européen, cette rencontre a mis en exergue les nombreuses difficultés des parisiens, notamment celles de Marquinhos et Di Maria que Thomas Tuchel a décidé de placer au milieu de terrain.

 

En phase de possession

Grand artisan de la Ligue des Champions 2014 remportée par le Real Madrid en étant aligné au même poste, Di Maria était attendu comme le dynamiteur du jeu parisien hier soir. Par sa vision du jeu ainsi que sa qualité de dribble et de passe, l’argentin avait pour rôle d’alimenter le trident offensif du PSG mais aussi de débloquer des situations fermées grâce à son talent. Mais le Di Maria qui évoluait au Real Madrid semble à des années lumières de celui qui a foulé la pelouse d’Anfield hier soir… Multipliant les touches de balles inutiles et les ballons perdus qui en découlent au milieu de terrain, Di Maria a été bien en peine hier soir. Souvent à contre-temps les quelques fois où le PSG avait le pied sur le ballon, El Fideo a manqué de vitesse mais aussi de justesse. Di Maria, souvent isolé, a également beaucoup souffert du pressing intense mis en place par les milieux de terrain des Reds et a été parfaitement contenu par Milner, Henderson ou Wijnaldum. Cette incapacité à se défaire du marquage s’est couplée à un manque d’engagement dans les duels fatal à un poste de milieu relayeur/créatif qui nécessite un minimum de grinta.

Juste derrière Di Maria, Marquinhos était aligné en tant que milieu défensif. Récemment placé au poste de sentinelle, cette rencontre est à oublier pour le brésilien. Lorsque le ballon circulait dans l’entre-jeu, principalement entre Rabiot et Di Maria avec les attaquants comme appuis, Marquinhos manquait cruellement de mouvement pour proposer des solutions à ses partenaires. Ses approximations dans les passes ont également entaché son rôle d’initiateur des attaques parisiennes, le brésilien semblant n’avoir aucun repère de placement et n’ayant pas les capacités techniques pour compenser ses lacunes tactiques. Ses difficultés à se retourner balle au pied pour se mettre face au jeu ont poussé la tactique du PSG à se mouvoir en possession du ballon. Lors des phases de construction, Marquinhos reculait pour se placer entre les deux défenseurs centraux afin de laisser les défenseurs latéraux monter, le PSG abandonnant son 4-3-3 pour un 3-4-3. L’intérêt primaire d’un tel changement lors des phases d’attaque, en plus d’assurer une certaine présence défensive, est de laisser la sentinelle initier les offensives en étant plus bas sur le terrain et par conséquent libéré du marquage intense subit au milieu de terrain. Un aspect très intéressant qui doit donc permettre à Marquinhos, théoriquement, de lancer les attaques en étant face au jeu et de pouvoir trouver plus facilement des joueurs davantage créatifs au milieu de terrain ou même casser les lignes et tenter de trouver directement Neymar ou Mbappé sur les ailes, ou encore utiliser Cavani comme appui pour que ce dernier puisse remiser sur ses coéquipiers plus haut sur le terrain. Mais hier soir, Marquinhos s’est contenté de passes latérales inutiles à ce poste et a principalement fait circuler le ballon avec Kimpembe ou Thiago Silva sans jamais déclencher une passe déterminante dans la construction du jeu. Ses quelques tentatives pour trouver les latéraux Bernat et Meunier se sont trop souvent soldées par des imprécisions techniques, démontrant encore une fois les difficultés de Marquinhos à évoluer à ce poste-clé.

 

En phase défensive

Un second aspect où Di Maria était attendu hier soir était le repli défensif. Souvent critiqué pour sa nonchalance à la perte du ballon, l’argentin se devait de s’atteler à la tâche défensive à ce poste de milieu relayeur, notamment pour couvrir les non-retours de Neymar ou Mbappé sur les côtés. Finalement, Di Maria n’a pas montré l’intensité dans le pressing nécessaire à ce type de rencontre, et a donc ajouté un troisième joueur aux retours défensifs plus que discutables, rejoignant ses coéquipiers précédemment cités. A l’image de l’ensemble de l’équipe, l’ex-mancunien a montré trop de laxisme lors des phases défensives et a pris une leçon d’agressivité par les milieux de terrain de Liverpool. Lors des moments de pressing occasionnels, la pression désorganisée des parisiens a parfois poussé Di Maria à courir seul après le ballon sans aucun soutien, contrastant avec le pressing organisé à la perfection de Liverpool.

D’ordinaire bon voire excellent dans ce domaine, Marquinhos a également été dépassé par les assauts des Reds hier soir. Souvent pris de vitesse et seul face aux milieux de terrain de Liverpool, le brésilien a souvent eu du retard sur ses interventions. De plus, sa faible présence a régulièrement laissé le champ libre aux hommes de Klopp dans l’entre-jeu qui ont pu mener leurs attaques sans opposition digne de ce nom. Tout comme ses coéquipiers, Marquinhos a manqué de tranchant dans ses interventions et à plusieurs reprises laissé trop d’espace entre lui et le porteur de balle.

Bien évidemment, Di Maria et Marquinhos ne sont pas les seuls à blâmer pour la triste performance collective du PSG hier soir. La majorité de leurs partenaires, si ce n’est la totalité, ont montré de nombreuses failles dans les tâches qui leur étaient attribuées et dans leurs rôles respectifs. Cependant, le milieu de terrain parisien et les deux innovations tactiques apportées par Tuchel en ce début de saison que sont les repositionnements de Di Maria et Marquinhos ont particulièrement déçu hier soir. Reste à savoir si l’entraîneur des parisiens maintiendra ses choix après une rencontre européenne qui n’était, rappelons-le, que la première de la saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *