Dis-nous qui es-tu… Just Fontaine

Dernier membre encore en vie du trio qui porta l’Equipe de France en 1958, Just Fontaine détient le record de buts sur une seule phase finale de Coupe du Monde. Portrait d’une légende du football français.

 

Sa carrière

Just Fontaine naît le 18 août 1933 à Marrakech, du temps où le Maroc était sous protectorat français. Il fait ses armes au SA Marrakech avant de rejoindre l’USM Casablanca pour ses débuts professionnels en 1950. Just Fontaine fait alors étalage de ses talents d’attaquant durant trois ans en marquant 62 buts en 48 matchs. Des performances qui tapent dans l’œil de l’OGN Nice qui n’hésite pas à le faire venir en France. Sur la Côte d’Azur, Fontaine inscrit 52 buts en 83 matchs et s’impose comme l’un des meilleurs joueurs de l’hexagone. Lorsque le temps est venu de remplacer Raymond Kopa, parti au Real Madrid, le Stade de Reims se tourne alors logiquement vers « Justo » pour assurer la relève. Un pari gagnant puisque c’est sous le maillot rémois que Fontaine connaît ses plus belles heures et rafle tout sur la scène nationale. Il continue d’être un tueur devant le but et inscrit 145 buts en 152 matchs, finissant meilleur buteur du championnat français à deux reprises.

Mais c’est aussi et surtout en Equipe de France que Just Fontaine forge sa légende. Pour sa première sélection en 1953, il inscrit un triplé face au Luxembourg. Cinq ans plus tard, il est convoqué avec les Bleus pour participer à ce qui deviendra l’épopée de 1958. Pourtant, avant le début du Mondial suédois, les espoirs d’une performance française sont très faibles. En témoigne l’attitude de la FFF qui ne fournit que trois jeux de maillots, juste ce qu’il faut pour disputer les trois matchs de groupe et rentrer à la maison. Mais la France parvient à déjouer les pronostics, bien aidée par le trio Fontaine-Piantoni-Kopa.

Raymond Kopa, Roger Piantoni et Just Fontaine en Equipe de France (crédit photo : tiomi.centerblog.net)

 

S’il devait à l’origine occuper le banc des remplaçants, Fontaine profite des blessures de Ciswoski et Bliard pour être titulaire et marquer la compétition de son empreinte. Pour le premier match face au Paraguay, le numéro 17 des Bleus inscrit un triplé et offre deux passes décisives à Kopa et Piantoni. Il marque ensuite deux buts face à la Yougoslavie puis conclue la phase de groupe par une réalisation face à l’Ecosse. En quarts de finale (il n’y a pas de huitièmes de finale à l’époque, ndlr), Fontaine y va de son doublé face à l’Irlande et aide à qualifier les Bleus pour une demi-finale de prestige contre le Brésil. Devant la Seleçao de Pelé, la France ne peut mieux faire qu’une défaite 5-2 malgré un but de Fontaine. C’est finalement face à la RFA, lors du match pour la troisième place, que « Justo » brille une dernière fois en inscrivant un quadruplé pour porter son total à 13 buts en 6 matchs. Avec une troisième place inattendue et un record de buts historique, la Coupe du Monde 1958 est l’apogée de la carrière de Fontaine.

Malheureusement, Just Fontaine met un terme à sa carrière à seulement 27 ans, après avoir été victime de deux fractures de la jambe gauche. Il débute alors une carrière d’entraîneur, avec une courte expérience de deux matchs à la tête de l’Equipe de France en 1967. Selon ses propres dires, « les joueurs étaient contents, mais les dirigeants me considéraient comme un ennemi, car j’étais le président de l’UNFP, ils se méfiaient de moi et de mes idées ».  Just Fontaine dirige ensuite le PSG pendant trois ans et parvient à faire monter le club en première division : « après la montée, j’avais signé pour trois ans. J’ai été licencié après deux saisons. Ils ont arrêté mon contrat parce que je jouais aux cartes avec mes joueurs ». Il entraîne ensuite l’US Toulouse avant de terminer sa carrière là où tout a commencé en étant sélectionneur du Maroc, de 1979 à 1981.

Depuis, Just Fontaine se tient écarté des terrains. Après avoir créé des magasins de sport et lancé les magnets Just Foot, il coule désormais des jours paisibles à Toulouse.

 

Son palmarès

Au cours de sa carrière, Just Fontaine s’est forgé un solide palmarès en remportant des trophées dans tous les clubs où il a évolué.

Avec l’USM Casablanca, il remporte le championnat du Maroc en 1952. Il embarque ensuite sa réussite avec lui en France et gagne la Coupe de France 1954 puis le championnat de France 1956.

Mais c’est avec le Stade de Reims qu’il écrit les plus belles lignes de son palmarès. En Champagne, il remporte trois championnats de France (1958, 1960, 1962), dont il est le meilleur buteur à deux reprises, une Coupe de France (1958) et deux Trophées des Champions (1958, 1960). En 1959, Fontaine se hisse avec Reims en finale de la Coupe d’Europe des clubs champions, perdue face au Real Madrid, et est sacré meilleur buteur de la compétition.

Chez les Bleus, Fontaine détient le meilleur ratio buts marqués/matchs joués avec 30 buts en 21 sélections, soit une moyenne de 1,43 but par match. En 1958, année où il termine troisième au classement du Ballon d’Or, Just Fontaine devient lors de la Coupe du Monde le meilleur buteur de tous les temps sur une seule phase finale avec treize buts. Un record qui demeure encore aujourd’hui inégalé, et qui le place à la quatrième place des meilleurs buteurs de l’Histoire de la Coupe du Monde.

 

L’anecdote

Si la Coupe du Monde 1958 a été marquée par les treize buts de Just Fontaine, la plupart d’entre eux ont été inscrits alors qu’il ne portait pas ses propres crampons ! En effet, lors d’un entraînement, Fontaine abîme l’une de ses chaussures. Les moyens de l’époque n’étant pas ceux d’aujourd’hui, chaque joueur ne disposait que d’une seule paire de crampons pour l’ensemble de la compétition. Just Fontaine est alors contraint de disputer le reste de la compétition avec les chaussures de son coéquipier remplaçant Stéphane Bruey. Un coup du sort qui contribue à la légende du record de Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *