Les Tops/Flops de la 4e journée de Ligue 1

Comme chaque semaine désormais, nous nous retrouvons pour un nouvel épisode des Tops et Flops du week-end en Ligue 1. Au programme de cette 4e journée, un nouveau choc entre équipes prétendantes à l’Europe, et des affiches entre mal-classés.

LES TOPS

Nîmes : Il a fallu attendre la 4e journée pour que le Nîmes Olympique ne rencontre pas un habituel européen. Après avoir affronté le PSG, Nice et Monaco lors des trois premières journées, les nîmois accueillaient Brest, dans un Stade des Costières toujours en attente de la première victoire de son équipe. L’ambiance n’aura pas eu le temps de redescendre, car il n’aura fallu que 2 minutes à Zinedine Ferhat pour inscrire le premier but de la rencontre, son premier également en Ligue 1. Auteur d’une prestation et notamment d’une deuxième mi-temps excellente à Monaco, l’algérien de 26 ans a récidivé en prenant le jeu de son de son équipe en compte tout le long du match. Avec seulement 40% de possession de balle, ce sont pourtant les hommes de Bernard Blaquart qui se sont montrés dominateur dans les occasions dans cette première mi-temps. Et malgré un Gautier Larsonneur décisif pour son équipe, les nîmois réussissaient tout de même à creuser l’écart grâce à une frappe splendide de Theo Valls à la 33e minute. Dans une deuxième mi-temps moins rythmée et un match quasi-plié, les Crocos ont fait le bonheur de leurs supporters en inscrivant même un 3e but dans le temps additionnel sur un superbe retourné acrobatique du très jeune Kevin Denkey. Des tops buts, un top match, une soirée parfaite pour des nîmois qui engrangent leur première victoire de la saison en Ligue 1.

Les notes du match, via L’Equipe. (Photo : Compte Twitter @iGradefr)

Nantes : C’est un Montpellier en pleine confiance après sa victoire à la maison face à l’Olympique Lyonnais qui se déplaçait ce week-end à Nantes. Toujours en 3-4-1-2, les montpelliérains n’ont pourtant pas vécus le même match que mercredi passé. Et cela est probablement dû à la performance nantaise. Les Canaris sont en effet très rapidement entrés dans leur match en mettant en difficulté un milieu de terrain montpelliérain pourtant excellent quelques jours avant. Dans cette rencontre serrée où les deux gardiens se sont illustrés, les Nantais ont tout de même su prendre l’avantage à la 84e minute grâce à un joli but d’Abdoulaye Touré, nouveau capitaine après le départ de Valentin Rongier à l’OM. Les Nantais réalisent donc une très bonne opération avec cette courte victoire 1-0 au bout de fil, et reviennent notamment à hauteur de l’OL et à deux points du podium. L’effet Christian Gourcuff se remarque match après match et présume, on l’espère, une saison à la hauteur des espérances des supporters Nantais.

Les notes du match, via L’Equipe. (Photo : Compte Twitter @iGradefr)

Paris : Opposé à Metz, c’est un PSG remanié que nous proposait Thomas Tuchel. Alphone Areola sur le départ pour le Real Madrid, c’est le jeune Marcin Bulka qui prenait place dans les cages parisiennes. Les jeunes Adil Aouchiche et Colin Dagba alignés, et un Choupo-Moting profitant des blessures en attaque, on pouvait s’attendre à un match décontracté de la part de Thiago Silva et sa compagnie. Pourtant, ce fut tout le contraire qui a été proposé par les parisiens. Concentrés, appliqués et dominateurs, ces derniers n’ont jamais été mis en danger comme ils l’avaient été quelques semaines auparavant face au Stade Rennais. Un match presque « parfait » qui était bien engagé dès la 11e minute avec le pénalty transformé par Angel Di Maria, et le nouveau but de Choupo-Moting juste avant la pause. Cette deuxième mi-temps également maîtrisée par les parisiens nous aura permis de revoir Layvin Kurzawa ainsi que Jesé Rodriguez, parti au Sporting Portugal pour le restant de la saison. Après 4 journées, le PSG se place déjà en tête et recevra Strasbourg pour la 5e journée.

Les notes du match, via L’Equipe. (Photo : Compte Twitter @iGradefr)

LES FLOPS

Lille : Les Lillois se déplaçaient à Reims pour cette 4e journée. Un déplacement périlleux pour les nordistes qui ne s’étaient jamais imposés en terre rémoise. Et sauf si les deux équipes se rencontrent en Coupe cette saison, il faudra encore attendre une année au minimum pour que la série s’arrête. En effet, les rémois ont une nouvelle fois assuré le spectacle. Déjà vainqueur de l’OM en début de saison, ces derniers ont à nouveau montré leur solidité défensive notamment grâce à une charnière centrale solide et un bloc compact. Le nouveau gardien Predrag Rajkovic n’a également pas fini de faire parler de lui. Mais au-delà des excellentes prestations rémoises, c’est surtout les lillois qui ont été décevants dans cette rencontre. Un seul petit tir cadré lors des 45 premières minutes, une animation offensive plus faible qu’à son habitude et un milieu de terrain pas encore tout à fait complémentaire, les Dogues ont déçus. Le carton rouge de Yusuf Yazici ne les a certainement pas aidés dans une deuxième mi-temps où ces lillois étaient mieux qu’au premier acte, et c’est 20 minutes après ce fait de match que le Stade de Reims ouvrait le score grâce à un pénalty de Moussa Doumbia, validé après consultation de la VAR. Enfin, sur un coup-franc anodin à la 90e minute, Reims doublait la mise et scellait le score du match grâce à la patte gauche de Rémi Oudin. Les Lillois auraient pu offrir un peu de suspens aux spectateurs à la 93e minute, mais le gardien rémois arrêtait le pénalty de Jonathan Ikoné, son premier raté en Ligue 1. Au classement, les Lillois sont 10e et recevront Angers après la trêve.

Les notes du match, via L’Equipe. (Photo : Compte Twitter @iGradefr)

Lyon : Malgré une défaite en milieu de semaine face à Montpellier, les joueurs lyonnais avaient à cœur de confirmer leur bon début de saison. Face à Bordeaux, avec quelques changements, cela était bien parti. Assez dominateur au début du match à l’image d’un Houssem Aouar très en jambes, les lyonnais ouvraient même le score à la 31e minute. Sur une superbe passe en profondeur de Martin Terrier, le néerlandais Memphis Depay, de son pied gauche, ajustait Benoît Costil et donnait de l’air à un OL qui devait se montrer rassurant devant ses supporters. Pourtant, dès le retour des vestiaires, le match a complètement tourné et les bordelais ont pris le contrôle du jeu, enchaînant les occasions. De plus, le carton rouge de Thiago Mendes à la 62e minute a eu un réel impact négatif sur les hommes de Sylvinho, se retrouvant à 10 contre 11 pour la deuxième fois de la semaine. Et même si Anthony Lopes aura tout donné pour repousser l’échéance des Girondins, l’égalisation intervenait à la 62e minute grâce à un Jimmy Briand en renard de surfaces. Une dernière demi-heure maîtrisée par les bordelais qui ont campé dans la moitié de terrain lyonnaise, et où ces derniers auraient même pu aller chercher les 3 points. La trêve arrive peut-être au bon moment pour les lyonnais. Une chose est sûre : le chemin est encore long, et sera semé d’embuches !

Les notes du match, via L’Equipe. (Photo : Compte Twitter @iGradefr)

Dijon : Deux fois en deux semaines dans les Flops du week-end Ligue 1, et on risque de les voir assez souvent s’ils ne nous donnent pas de signaux positifs. Confronté à Angers dans une rencontre déjà décisive pour ne pas prendre trop de retard sur ses concurrents directs, les dijonnais ont une nouvelle fois plongé très rapidement dans ce match. Un milieu de terrain perdu, une défense aux abois, et un entraîneur sans solution, peu de motifs d’espoir existent malheureusement pour les derniers barragistes de Ligue 1. Ce n’est pourtant qu’au retour des vestiaires qu’Angers ouvrait enfin le score. Un but offert par le malheureux Ngonda Muzinga auteur d’une tête dans ses propres cages. S’en suivait pourtant le seul temps fort dijonnais du match, mais toujours aussi imprécis. A la 71e minute, Farid El Melali portait le score à 2-0 pour Angers sur une contre-attaque bien menée. Oublions le revers au Groupama Stadium, quel début de saison pour le SCO ! Une nouvelle fois, les hommes de Stéphane Moulin ont assuré le spectacle devant leur public. 3 victoires en autant de matchs à domicile, 8 buts marqués, 1 seul encaissé, on ne s’attendait pas à ça de la part d’un club dont on ne vante pas toujours le beau jeu. A l’inverse, il y a de quoi être inquiet pour leurs adversaires du soir. Avec un compteur point toujours vierge et un seul but marqué en 4 matchs, on en attend beaucoup plus d’une équipe dijonnaise solide à domicile sur les dernières saisons.

Les notes du match, via L’Equipe. (Photo : Compte Twitter @iGradefr)

Le calendrier de la 5e journée :

(Photo : lfp.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *